Je n'ai pas encore repris le réflexe de photographier mes plats, de toute façon en ce moment, je n'innove pas...

Enfin si, j'innove un peu, mais je ne suis pas sûre que ça plaise à tout le monde, ni même à qui que ce soit (encore que ma salade tomates-avocats-pamplemousse-kiwi ait fait l'unanimité, alors que certains avaient des a priori défavorables).

Parce que bon, niveau envies bizarres, ça continue. Et je me rends compte que j'en avais oublié la dernière fois.

Par exemple, dans le côté "pas envie du tout", j'ai commencé par détester les yaourts qui avaient le mauvais goût d'être à autre chose qu'au yaourt. J'ai douté de la date de péremption de ceux achetés par l'homme, dans des jolis pots en terre cuite (que j'ai appréciés, eux) avec des parfums type noisette, chocolat... Et même sans parler de chocolat ou autre ingrédient un peu lourd, j'étais incapable d'avaler la moindre cuillerée de yaourt à la fraise ou à l'abricot.

J'ai eu envie de Toblerone, mais à peine avais-je croqué un triangle que je m'écriai : Beurk ! Il est périmé ! C'est immangeable !... Ce qui n'a pas posé le moindre problème à l'homme, qui a pu avaler tout le reste.

J'ai aussi fait une fixation sur le poisson à la bordelaise, vous savez, le poisson congelé que les parents aimaient bien faire quand on était petit, et que personnellement je n'avais plus mangé depuis au moins 10 ans... ben là, ça a été une fois tous les deux-trois jours pendant deux semaines.

J'ai aussi voulu manger des raviolis en boîte. Bon, l'envie est vite passée : j'ai ouvert la boîte, je l'ai fait gratiner au four avec du gruyère râpé, nous nous sommes attablés, nous avons mangé pour en arriver à la conclusion que les raviolis en boîte, c'est vraiment dégueulasse, et qu'on avait bien raison de ne jamais en manger !

J'ai eu une période pâté, au petit-déj et au goûter surtout, mais j'ai vite arrêté de peur de prendre trop de poids (oui, on nous stresse, nous pauvres femmes enceintes, alors que finalement je n'ai presque pas grossi, 6-7 kg en 8 mois, c'est pas énorme, mais faut dire que j'avais quelques réserves au départ... qui se sont déplacées au niveau de mon abdomen de manière assez impressionnante, il faut bien l'avouer).

J'ai mangé beaucoup de réglisses, mais ça ce n'était pas de ma faute, mais celle Halloween, parce que j'attendais des hordes de petits voisins ensanglantés, et tout ce que j'ai eu, c'est un groupe de 4 petites filles... Il a donc fallu que quelqu'un se dévoue pour manger les rouleaux (même si j'ai été maligne sur ce coup-là, j'en ai apporté une bonne partie chez mon frère).

Après la période 4 kiwis par jour minimum, j'ai eu désespérément envie de sorbet à la pêche. Eh bien, il faut savoir que ce n'est pas facile à trouver en cette saison, et que je me suis donc retrouvée avec du sorbet à l'abricot, un peu déçue quand même mais pas désespérée (ma période "je fonds en larme à la moindre contrariété" étant heureusement terminée depuis quelques semaines).

J'ai eu quelques envies impossibles à assouvir pour cause de "on ne sait jamais, normalement ça ne craint pas, mais faut pas prendre de risques", notamment quand mon frère m'a ramené un quart de St-Nectaire fermier, le meilleur fromage du monde, de chez mes grands-parents... Ou quand j'aurais bien réessayé le petit-déjeuner tardif qu'on prenait avec mon père au retour du marché de La Teste, à savoir des huîtres et des samoussas (bon, les samoussas, j'aurais pu, mais sans les huîtres, c'est moins marrant). D'ailleurs, j'ai fait savoir à mon homme que j'aimerais bien qu'il me ramène une bonne demi-douzaine d'huîtres bien grasses et du roquefort (parce qu'ici il est impossible de trouver un bon St-Nectaire) pour mon premier petit-déjeuner à la maternité, mais je crois qu'il ne m'a pas prise au sérieux, le bougre.

Et j'ai trouvé un nouveau truc avant-hier, un truc en plus, un truc tabou... roulements de tambour... le sandwich brie-confiture de framboise, avec beaucoup de brie (au lait pasteurisé of course) et beaucoup de confiture (avec des petits pépins qui croquent sous la dent). C'est tout simplement fabuleux. Sauf que la pointe de brie n'a duré qu'une journée. Heureusement il me reste de la confiture. Je sens que le gouda va y passer.