La culpabilité me tenaille, tous ces jours passés sans écrire un mot, il faut que je reprenne un peu ce blog  en main (mais là il vient de se passer un phénomène étrange et jamais arrivé sur canalblog auparavant, une fenêtre ouvertement pornographique s'est ouverte tandis que je tapais ces mots... bizarre...l'hébergeur de cet honorable site aurait-il changé de politique publicitaire pendant mes semaines d'absence ?)

Toujours est-il que, ayant croisé ma tata Maryline, fidèle lectrice, hier, et ayant lu un adorable commentaire sur le blog de Vanessa, je me suis dit qu'il était temps de rompre un peu le silence.

Certes, je cuisine toujours, mais j'innove un peu moins ces temps-ci (enfin, innover est un bien grand mot). Je suis très riz pilaf en ce moment, et ma technique préférée consiste à récupérer trois ou quatre légumes différents dans mon frigo (chou, épinards, courgette, courge, carotte, oignon, champignons...), à les passer au mixer, à balancer le tout dans mon cuiseur à riz, à ajouter une ou deux poignées de riz, un bouillon cube, du poivre, un peu d'eau, éventuellement quelques dés de jambon ou des filets de poisson congelé, et à retourner bosser ou bouquiner tranquille jusqu'à ce que le cuiseur se mette en mode réchauffage, moment où je consens à me lever et à ajouter un peu de gruyère râpé et/ou de crème dans la mixture avant de déguster. Oui, je sais, laon peut difficilement faire plus simple, d'autant plus qu'ici, c'est l'homme qui fait la vaisselle, et donc le plus gros du travail (bol du mixer, lame, couvercle, bol du cuiseur, couvercle...)

Et tiens, puisqu'il semble que je sois en forme ce matin, je vais vous confier le menu de ce midi, recette familiale s'il en est, que je vais faire pour la première fois (oui, ça ne m'a jamais trop manqué vu que mon frérot la fait très souvent, et très bien) : filet mignon sur gratin de pommes de terre.

C'est pareil, hyper simple : on coupe les patates en rondelles fines (merci le robot), on les dispose dans un plat avec un peu d'ail, d'herbes de provence, de beurre, de sel, de poivre, une feuille de laurier si je les retrouve dans le capharnaüm qui me sert de placard, on insère quelques gousses d'ail dans le filet mignon, sel, poivre, noisette de beurre et hop, au four jusqu'à ce que les patates aient accroché au bord... miam !

Et certes je passe moins de temps sur ce blog, mais du coup j'en profite pour lire un peu plus, et si ça vous intéresse (et même dans le cas contraire) voici quelques unes de mes dernières lectures qui m'ont particulièrement plu (et que j'ai donc déjà essayé de, voire réussi à, refourguer aux copines)  :

- Racines, d'Alex Haley, un classique contemporain que je n'avais pas encore lu... ce qui était bien dommage, parce que c'est vraiment bien. Je n'aime généralement pas les livres de témoignage, mais là, c'est entre le roman historique, l'enquête, le témoignage et le roman tout court. Pour ceux qui ne connaîtraient pas la trame, c'est une saga familiale qui débute en Gambie et se poursuit aux Etats-Unis lorsqu'un des personnages principaux est enlevé et vendu comme esclave. C'est sûr, y a plus gai ! Et ce qui est le plus fabuleux, voire le plus émouvant (mais pas triste), dans ce livre, c'est le dernier chapitre, donc même si c'est parfois un peu dur, il faut aller jusqu'au bout !

- La terre sous ses pieds, de Salman Rushdie. C'est mon amie Lili qui me l'avait conseillé, et elle avait une fois encore raison. C'est magnifique ! J'avais adoré les Versets sataniques, et là, pareil, coup de foudre après les dix premières pages. Oui, parce que le début est un peu difficile à suivre (pour les Versets sataniques, c'était pire !), mais une fois qu'on est dedans, c'est génial ! Là, on suit les amours contrariées et contrariantes de deux stars indiennes du rock, dans une espèce de monde parallèle où Lou Reed est une femme, on ne comprend pas tout, il y a du mysticisme et du mystère, c'est magnifique !

- Terre des oublis, de Duong Thu Huong. Celui-là, c'est pratique, on peut le recommander à presque toutes les copines, on est quasiment OBLIGE d'aimer. C'est une belle histoire d'amour et de devoir, un genre de Retour de Martin Guerre, mais où l'héroïne s'est remariée, au Vietnam, avec des odeurs, des goûts, des bruits, de la sensualité en somme...

- La rose pourpre et le lys, de Michel Faber, mon dernier coup de coeur, alors que je l'avais acheté un peu par hasard chez le bouquiniste, sans même lire le résumé (en fait, je me fie beaucoup aux éditions et aux auteurs). J'ai été captivée dès le premier paragraphe. L'écriture est très originale, l'histoire est passionnante, les personnages complexes, c'est féroce, ironique, drôle... j'ai dévoré les deux tomes ce weekend, et je pense que je vais commander la suite aujourd'hui (les contes de la rose pourpre), parce que même si j'ai encore quelques bouquins sur le feu, j'ai envie de retrouver les personnages. Ah oui, ça parle de prostitution, de folie, de médecine, de foi, de commerce, de devoir, d'amour, d'enfance, d'hypocrisie, d'ambition, et ça se passe à Londres dans les années 1870...

Voilà pour aujourd'hui, il serait temps que je me mette au boulot, moi ! En espérant vous retrouver bientôt !